Les « Sour » : ces cocktails qui ont du piquant

C

onnaissez-vous le point commun entre le Ti-Punch, la Margarita et le Daïquiri ? Ces trois cocktails entrent dans la catégorie des « Sour ». Parmi les nombreuses variations autour de la trilogie citron, sucre, spiritueux, le Whisky Sour fait figure de doyen. Retour sur un des plus anciens standards de l'univers des cocktails et ses réinterprétations modernes.

Le Whisky Sour, le cocktail originel

whisky sour
Le Whisky Sour

On trouve les premières mentions du Whiskey Sour dans le recueil de recettes de l’américain Jerry Thomas, How to Mix Drinks, paru en 1862. Son élaboration ressemble à celle du punch, à un détail près : si la combinaison citron-sucre est bien semblable, le cocktail ne comporte pas de rhum, mais du whisky.
Boisson nationale aux États-Unis, le Whisky Sour bénéficie en Europe d’une image rétro qui le rend résolument populaire. Généralement préparé au shaker, il atteint son apogée lorsqu’on le décore d’une cerise au marasquin.

Les cocktails au whisky qui réinterprètent le Sour

manhattan cocktail
Le Manhattan

De nombreux cocktails ont réinventé le Sour en partant de la base citron jaune, whisky, sucre. Le New York Sour se distingue de la recette originale en ajoutant un trait de bitter et de porto rouge à ses ingrédients. Pour offrir une texture onctueuse et une belle mousse à votre Sour, n’hésitez pas à ajouter du blanc d’œuf dans votre shaker.

Avec le Manhattan, on mise sur les notes amères et aromatiques du bitter et du vermouth rouge

Le Stone Sour privilégie quant à lui la fraîcheur et l’effervescence, en intégrant de la liqueur de menthe et de l’eau pétillante dans sa préparation. Du côté du Manhattan, on mise sur les notes amères et aromatiques du bitter et du vermouth rouge. Avant de goûter votre Sour, n’oubliez pas de décorer votre verre de dégustation d’une tranche d’orange, d’un zeste de citron ou d’une feuille de menthe.

Gin, vodka, cognac, rhum : variations autour du Sour

cocktail french 75
Le French 75

Lorsqu’il ne contient pas de whisky, le Sour peut se réinterpréter de multiples manières. Certains spiritueux entrent volontiers dans sa préparation, en commençant par le gin, qui donne son relief au Grape Sour. Ici, on crée la surprise en associant les notes acidulées du raisin frais et les saveurs anisées du Ricard. De son côté, le French 75 joue la sophistication sur fond de bulles de champagne.
Avec la vodka, on opte, contre toute attente, pour l’exotisme avec le Fawlty Tower Sour, un cocktail à base de jus d’ananas, citron vert, sirop de grenadine et liqueur de vanille. Pour en accentuer la fraîcheur, signez votre création d’une feuille de basilic.
Plus proche de nous, le Frozen Apple utilise la profondeur du cognac et la complexité du calvados.
Au-delà du Ti-Punch et du Daïquiri, le rhum aussi tient une place prépondérante dans l’élaboration des Sours. Le Mojito, avec ses saveurs de citron vert et de menthe, en est un des exemples les plus populaires.

Publié le : 21 novembre 2018 - Temps de lecture : 3 minutes
Pour aller plus loin