Et la planète aimera vos cocktails autant que vous…

L

es restaurants font dans le km 0, les bars déclarent la guerre aux déchets et, dans votre vie quotidienne, vous essayez peut-être d’être le plus éco-responsable possible.

Mais pas toujours simple d’avoir le bon réflexe quand vous recevez vos amis et voulez leur servir un cocktail. Voici nos conseils pour que le mot vert ne désigne pas que la teinte de votre Daïquiri !

Agitez local et de saison

Aujourd’hui, de plus en plus de restaurants privilégient le produit de proximité et de saison. Et vous aussi, sans doute, vous y pensez quand vous faites vos courses. C’est plus savoureux, plus vert et cela fait du bien à l’économie locale. Ce cercle vertueux, il peut s’appliquer aussi aux cocktails. Il s’agit juste de se laisser inspirer par les produits du moment à l’heure de choisir la recette du jour… Bien sûr, certaines saisons sont moins généreuses pour le mixologue amateur — on vous voit mal faire une Caïpirinha au brocoli. Puis parfois, l’attrait d’une Margarita parfaite est trop fort et vous craquez pour ce citron vert d’Amérique latine. Heureusement, il y a des solutions afin de minimiser le gaspillage.

Voir cette publication sur Instagram

🍋 Tout commence avec des ingrédients frais et authentiques trouvés chez son épicier. 📷 @lezingam

Une publication partagée par Opn Cocktails (@opncocktails) le

Soyez créatif

Soyez créatifs dans l'utilisation de vos ingrédients de cocktails
Soyez créatifs dans l'utilisation de vos ingrédients de cocktails

Nous avons tous été dans le cas suivant : c’est samedi soir, vous cuisinez mexicain et vous vous rendez compte qu’il vous reste la moitié de la coriandre. Voilà une belle opportunité d’improvisation : plutôt que de la laisser dépérir dans le frigo, ajoutez-en une poignée dans votre shaker pour relever votre Gimlet.

Et comme en plus il vous reste la moitié du citron vert destiné au guacamole, c’est parfait. N’oubliez pas non plus qu’il n’y pas que dans le cochon que tout est bon. Un citron, ce n’est pas juste du jus. C’est aussi du zeste parfait pour votre vinaigrette ou pour la décoration twistée de votre cocktail. Une fois exprimés, ce qu’il reste des agrumes peut même servir à aromatiser l’eau de votre carafe.

Où sont les glaçons?

Il ne nous reste plus qu’à parler de la glace. Un démarche facile consiste à les fabriquer à la maison — c’est autant de sacs en plastique de Picard en moins. Mais même comme ça, fabriquer des glaçons implique toujours une sérieuse consommation énergétique. Peut-on s’en passer ? La plupart du temps, c’est impossible. Pour un Penicilin parfait, il faut absolument agiter sur glace pour que le jus de citron s’intègre parfaitement aux autres ingrédients. Il n’y a pas d’autre solution, à moins de jouer au petit chimiste.

Mais pour les cocktails sans jus de fruit, ceux exclusivement à base de spiritueux, de liqueurs et de vins aromatisés tels que le vermouth, il y a de l’espoir. Par exemple, si vous comptez servir un Dry Martiniou un Manhattan à vos amis, vous pouvez vous en sortir autrement. Vous devez dans ce cas le préparer 2 ou 3 heures à l’avance. Comme toujours, versez la quantité nécessaire de chaque ingrédient. Et pour chaque 10 cl de votre mélange, ajouter 1 cl d’eau — histoire de simuler la dilution due aux glaçons. Embouteillez le cocktail ou placez-le dans un bocal puis laissez reposer au congélateur jusqu’à l’heure H. Grâce à l’alcool, pas de congélation du cocktail et quand vos invités assoiffés vous demanderont l’apéritif, il ne vous restera plus qu’à servir votre cocktail. Température parfaite. Rapide et efficace. Et tout le monde est gagnant, même la planète.

Une histoire de pois chiche

Aquafaba : eau dans laquelle sont cuits des graines de légumineuses comme des pois chiches.

Il est maintenant temps de penser à la question de l’œuf (qui n’est pas, pour une fois, de savoir s’il est venu avant ou après la poule)… Que serait un Whisky Sour sans la mousse d’un blanc parfaitement émulsionné ? Pas grand chose. Mais si vous ne comptez pas faire une mayonnaise ensuite, le jaune vole à la poubelle. Et puis si votre invité est vegan…

Ne vous tracassez cependant pas, une solution a été trouvée : l’aquafaba. Il s’agit de l’eau de votre conserve de pois chiches. Oui, celle de que vous achetez pour faire de l’houmous. Utilisée à la place du blanc d’œuf, elle produit une mousse parfaite. Et pas d’inquiétude: elle n’ajoute aucune saveur indésirable à votre cocktail. Le bonus, c’est que du coup vous utilisez 100% de la conserve et diminuez ainsi les déchets (d’autant si vous transformez le bocal en shaker d’un soir — ça marche, si si)

Pensez au recyclage

Paille en inox
Paille en inox

La première décision à prendre, vous vous en doutez, c’est d’éviter la surconsommation. Achetez ce dont vous avez besoin, pas plus. Dites au revoir aux emballages inutiles et adieu aux verres jetables ! Et recyclez.

La paille, par exemple, est souvent une source de déchet inutile. D’une part, parce que, en réalité, elle n’est vraiment nécessaire que pour les cocktails servis sur glace pilée. D’autre part, parce qu’on oublie souvent l’option biodégradable (bambou, papier, certains plastiques, etc). Nous, pour la maison, nous préférons opter pour celle en inox. Non seulement elle est bien plus élégante que la paille fluorescente du supermarché mais en plus elle ne finira pas dans les océans !

Et si vous voulez vraiment pousser la logique jusqu’au bout, vous pouvez peut-être même transformer une conserve en verre à cocktail. Avec un poil de créativité, certaines sont parfaites pour un beau Mojito. Si ça marche, ça vous fera des économies rayon verrerie — et un déchet en moins dans la chaîne de recyclage.

Publié le : 19 décembre 2018 - Temps de lecture : 5 minutes