Moscow Mule, le plus russe des cocktails américains

V

odka, citron vert, glaçons... Le Moscow Mule, cocktail vintage toujours d'actualité, a plus d'une légende dans sa chope.

La naissance du Moscow Mule, des histoires à boire

chope moscow mule
Le Moscow Mule est traditionnellement servi dans une chope en cuivre.

La nostalgie, camarade. Il a beau jouer les jeunes, le Moscow Mule n’est pas né de la dernière nuit. Son histoire, comme toutes les légendes nées dans les bars, a plusieurs versions, avec pour seul point commun de se dérouler aux Etats-Unis dans les années 40, peu après la prohibition.
Suivant la première version, à Los Angeles les hommes d’affaires John G. Martin et Jack Morgan n’arrivent pas à écouler leurs réserves de ginger beer et de vodka, alcool russe encore méconnu aux USA. C’est donc plus pour faire de la place dans leurs sous-sols respectifs que pour révolutionner le monde de la mixologie qu’ils décident d’associer leurs deux produits, le tout dans une chope offerte par la fiancée de Jack, héritière d’une usine de cuivre.
Tout aussi romantique et difficile à vérifier, la seconde version conte l’histoire de Sophie Berezinski, jeune immigrante venue de Russie et traversant les plaines du Far-West avec des caisses pleines de chopes en cuivre. L’invention du breuvage ne serait ici qu’un concours de circonstances, l’objectif premier étant d’écouler le stock.

De Los Angeles à Moscou, un nom et des questions

Bien que moins abstrait que d’autres patronymes (le mystère du « Judy Holliday’s White Lady » est total), le nom du Moscow Mule n’est pas aussi simple à comprendre qu’il n’y parait.

A découvrir sur le même sujet

La vodka, histoire d’une célèbre inconnue

La mention de Moscow fait évidemment référence au pays d’origine de la vodka. Le succès du cocktail contribuera à faire le succès de cet alcool, indissociable de la Russie, dans le monde entier. En ce qui concerne la Mule, c’est un peu plus compliqué. S’agit-il d’une référence à celle de Mlle Berezinski, qui aimait bien la charger pour traverser le pays ? Ou bien est-ce un avertissement, le Moscow Mule pouvant assommer aussi efficacement qu’une ruade de bourricot ? D’autres prétendent que ce nom, purement commercial, fut choisi uniquement parce qu’il sonnait bien. La vérité : personne ne sait. Reste la question de la prononciation, « moscou mule » à la française ou « moscowmioule » à l’américaine, comme les vrais.

Moscow Mule : versez, mélangez et c’est prêt

recette moscow mule
La recette est simple : vodka, ginger beer, du jus de citron vert et des glaçons, le tout mélangé à la cuillère !

Si le Moscow Mule a rencontré aussi vite autant de succès, c’est aussi parce qu’il s’agit d’un cocktail simple à réaliser. Les ingrédients sont peu nombreux : vodka, ginger beer, du jus de citron vert et des glaçons, le tout à mélanger à la cuillère. Si vous n’avez qu’un verre simple, cela fera l’affaire. Mais il est vrai que pour lancer les « Za nas ! » (« A nous ! ») et autres « Davaï ! » (« Buvons ! ») caractéristiques de la Mère Patrie, rien ne vaut les chopes rustiques comme celles que faisait claquer Dostoïevski. La nostalgie, camarade, la nostalgie.

Publié le : 29 janvier 2019 - Temps de lecture : 2 minutes
Pour aller plus loin